(mise à jour le 23 février 2014)

Mercredi des Cendres // Le Carême  // Les 5 dimanches du Carême
DIMANCHE DES RAMEAUX  //  JEUDI SAINT  //  VENDREDI SAINT
SAMEDI SAINT   // JOUR DE PÂQUES
Pâques et ses coutumes et tradition

"SAMEDI SAINT"
19 avril  au 20 avril



 

"SAMEDI SAINT"


Qu’éclate notre joie!

La vigile pascale est la veillée nocturne durant laquelle est célébrée la résurrection du Christ la nuit du samedi au dimanche. Pendant cette célébration, les adultes demandant le baptême (les catéchumènes) sont baptisés.


La vigile pascale est la veillée nocturne durant laquelle est célébrée la résurrection du Christ la nuit du samedi au dimanche. C’est la « Mère de toutes les liturgies », le cœur et le sommet de l’année liturgique.
Elle débute par un grand feu, lumière du Ressuscité partagée entre tous.

Pendant cette célébration, les catholiques renouvellent les promesses de leur baptême et de nombreux baptêmes sont célébrés, et en particulier des baptêmes d’adultes (appelés catéchumènes).
La résurrection de Jésus, que nous célébrons durant la Veillée pascale, couronne une longue suite d’interventions de Dieu envers les siens. Elle inaugure une ère nouvelle qui conduira à l’événement du dernier jour annoncé dans les évangiles. Elle est le gage de notre propre résurrection.

Genèse 1, 1 – 2, 2
Genèse 22, 1-13.15-18
Exode 14, 15 – 15, 1a
Isaïe 54, 5-14
Isaïe 55, 1-11


Qu’est-ce que la Vigile pascale ?

Pour comprendre le sens donné par les catholiques à la Vigile pascale, il faut savoir que :
Dans la liturgie, comme c’en était l’usage au temps du Christ, la vigile (veille au soir) fait partie de la journée du lendemain (c’est pourquoi d’ailleurs on peut célébrer le samedi soir la messe du dimanche tout au long de l’année).

La veillée nocturne suggère presque spontanément le temps de l’attente extraordinaire, et le jour nouveau l’arrivée d’une réalité nouvelle : la vigile est donc accordée à l’idée de  passage.
( Pâques veut dire passage ).

La célébration de Pâques lors de la Vigile est l’événement annuel qui donne à l’Église un nouvel élan constitutif : cet élan vient de la célébration de la mort et la Résurrection du Christ, source des différents sacrements.

La Vigile pascale est l’occasion de baptêmes d’adultes et de jeunes, et l’occasion aussi de la rénovation par les fidèles des promesses de leur baptême; on y célèbre l’eucharistie au cours de laquelle sont accueillis pour la première fois les nouveaux baptisés.

Selon le mot de saint Augustin, la veillée pascale est la "mère de toutes les saintes veillées", Pâques étant le sommet de l'année liturgique.

C'est la nuit où les enfants d'Israël mangèrent en hâte l'agneau avant de passer à pied sec la Mer rouge ;
C'est la nuit où le Christ brisa les liens de la mort pour remonter victorieux des enfers ;
C'est la nuit où, depuis les origines, l'Eglise attend le retour de son Seigneur.

Mais c'est aussi le moment où les chrétiens célèbrent le Christ qui nous libère de nos égoïsmes et de tous les liens qui entravent notre être profond, l'empêchant de vivre la pleine communion avec les autres et avec Dieu.


Célébration du feu, de l’eau et de la lumière.

La Vigile - ou veillée - pascale est, dans la nuit précédant le dimanche de Pâques, la première célébration de la Résurrection du Christ. Cette célébration rassemble, par l’ensemble de ses rites, tous les éléments du message de Pâques.
Les baptêmes d’adultes et de jeunes, en lien avec le message pascal, sont généralement célébrés au cours de la Vigile pascale, dont le déroulement est symbole de renaissance.

« En nous faisant traverser la nuit pascale, cette célébration replonge en effet nos existences dans ce qui fait notre commune vocation : former ensemble un peuple de disciples qui marche derrière leur Seigneur. Chaque fois que nous célébrons la veillée pascale, c’est dans une dynamique baptismale que nos existences sont plongées. » (Message des évêques de France, Lourdes, 8 novembre 2002).

La célébration de la Vigile pascale, qui avait une place importante dès les origines chrétiennes, avait progressivement disparu, jusqu’à son rétablissement par Pie XII dans les années cinquante.
Pendant les premières années du christianisme, toutes proches encore de l'événement, la communauté célébrait le Christ Ressuscité chaque lendemain de sabbat, appelé dès lors dies-dominica (dimanche),
jour du Seigneur ressuscité. Elle se rassemblait de nuit et veillait jusqu'à l'aube, pensant que le Christ
reviendrait comme il était ressuscité, à l'aube d'un dimanche. Saint Augustin l'appelle
« la mère de toutes les veillées ».

Le décret de Pie XII, du 9 février 1951, restaurant la liturgie antique de la Veillée nocturne, peut donc être considéré comme l'heureux aboutissement d'un long effort liturgique et le point de départ de la réforme conciliaire renouvelant la liturgie en son entier.



La lumière du jour est tombé. Une autre lumière va bientôt paraître et faire monter la joie pascale en nos coeurs. Accueillons le Vivant qui nous rassemble et nous fait vivre.

Prière liturgique de bénédiction du feu nouveau :
   Seigneur notre Dieu, par ton Fils qui est la lumière du monde, tu as donné aux hommes la clarté de ta lumière ;
   Daigne bénir cette flamme qui brille dans la nuit ; accorde-nous, durant ces fêtes pascales, d'être enflammés d'un si grand désir du ciel que nous puissions parvenir, avec un cœur pur, aux fêtes de l'éternelle lumière. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur .

La célébration de la nuit du samedi Saint est "une veille en l'honneur du Seigneur", durant laquelle on célèbre le passage des ténèbres à la lumière, la victoire du Christ sur la mort.  On se rappelle également les récits  de la libération du peuple que Dieu a choisi.

C'est pourquoi dans la nuit le feu et le cierge de Pâques sont allumés, puis la flamme est transmise aux personnes présentes. C'est aussi durant cette veillée pascale que sont célébrés les baptêmes d'adultes, nouvelles naissances en Christ ressuscité.

Cette veillée est articulée autour de quatre temps :


· Une liturgie de la lumière. (bénédiction du cierge pascal et procession d’entrée)
Au cœur de la nuit, on allume et bénit un feu d’où est prise la flamme avec laquelle on allumera le cierge pascal, lui-même signe du Christ lumière.
Cette première partie de la célébration s’achève par l’annonce solennelle et joyeuse de la résurrection, par le chant de « l’Exultet » (on reconnaît dans le mot latin l’origine du mot français exulter).

Le prêtre bénit l'eau puis tous les baptisés renouvellent leur profession de foi.
C'est à ce moment que prend éventuellement place
le baptême des catéchumènes

Prière liturgique de bénédiction de l'eau :

   Seigneur, Dieu tout puissant, écoute les prières de ton peuple qui veille en cette nuit très sainte ; alors que nous célébrons la merveille de notre création et la merveille plus grande encore de notre rédemption, daigne bénir cette eau.
   Tu l'as créée pour féconder la terre et donner à nos corps fraîcheur et pureté. Tu en as fait aussi l'instrument de ta miséricorde : par elle tu as libéré ton peuple de la servitude et tu as étanché sa soif dans le désert ; par elle les prophètes ont annoncé la nouvelle Alliance que tu voulais sceller avec les hommes ; par elle enfin, eau sanctifiée quand Jésus fut baptisé au Jourdain, tu as renouvelé notre nature pécheresse dans le bain de la nouvelle naissance.
    Que cette eau, maintenant, nous rappelle notre baptême, et nous fasse participer à la joie de nos frères les baptisés de Pâques. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.


· Une liturgie de l’eau ou baptismale, (litanies des saints, bénédiction de l’eau et baptêmes éventuels)
Signe de vie au cours de laquelle les catéchumènes reçoivent le baptême et où tous les baptisés sont invités à renouveler la profession de foi de leur baptême. (cf. Eglise de Metz, mars 2002).
· Une liturgie de la parole : (plusieurs lectures de l’Ancien Testament, une lecture de saint Paul et l’Évangile de la Résurrection)
Vaste panorama de toute l’Histoire Sainte, des origines jusqu’à la Pâques du Seigneur.

Oui il est vivant. Cette nuit, la liturgie revêt ses plus beaux atours pour en faire l'annonce: Trois mots tout simples qui nous rassemblent, raison d'être de chaque célébration chrétienne, de la plus sobre à la plus solennelle.
Il est vivant. En d'autres circonstances, ces mêmes mots apportent le soulagement. Lorsque des parents apprennent que leur fils l'a échappé belle dans un accident de la route, lorsqu'une épouse apprend que son conjoint survit à une crise cardiaque.
Il est vivant. Des mots qu'on ne devraient jamais s'habituer à entendre, même s'il nous sont si familiers. En cette nuit, comment résonnent-ils en nous? Ces questions habitent
un grand nombre de ceux et celles qui célèbreront bientôt leur baptême. Mais c'est à toute l'Eglise qu'ils s'adressent, à ous qui proffessons à nouveau notre foi baptismale. En y répondant, nous donnons tout un sens à ces trois mots: IL EST VIVANT!

· Une liturgie de l’Eucharistie.
Il y a, tout au long de la Vigile pascale, un mouvement, une marche, un itinéraire, un chemin parcouru, de la porte franchie jusqu’à l’envoi en mission. Cette célébration traduit, par ses rites et la richesse symbolique de la liturgie, le déploiement de la foi, le passage à franchir par le lien au Christ dont la vie, la mort et la résurrection sont initiatrices de la vie nouvelle.

Nos fautes ne peuvent nous enfermer,
puisque le Christ sans péché,
les a assumées et les a rachetées.

Nos ténèbres ne peuvent durer
quand le Christ lumière est avec nous.

Ouvrons nos yeux et notre coeur,
réjouissons-nous, émerveillons-nous !

La vie a vaincu la mort.
Lumière née de la Lumière
Tu nous fais naître par Ta Lumière.


Veillée Pascale
La traversée de la nuit

"Elles se rendent au sépulcre au lever du soleil"( Marc 16, 2)
Voici venu la plus belle des veillées, la Veillée pascale. Voici venue la plus belle des fêtes. la fête de Pâques. Le Carême est terminé. Le temps de la joie est arrivé. Le temps de chanter Alléluia est revenu.

Le Samedi Saint est un jour chargé d‘espérance.
Nous savons en effet que Jésus n‘est pas resté au tombeau, qu‘il est ressuscité.
Nous commençons avec la lumière du Christ, symbolisée par le cierge pascal et qui est
allumé par le feu nouveau....
ensuite les eaux de la vie.....


Rien de plus symbolique qu‘un baptème en cette soirée de fête de l‘eau et la lumière....

Qu'éclate dans le ciel la joie des anges,
Qu'éclate de partout la joie du monde,
Qu'éclate dans l'église la joie des fils de Dieu!
La lumière éclaire l'église,
La lumière éclaire la terre,
Peuples, chantez!

"L'eau de Pâques"
Cette coutume de l'eau de Pâques était bien importante pour nos ancêtres.  On devait au petit matin et avant le lever du soleil aller chercher de l'eau dans un ruisseau ou une rivière.  L'eau devait être celle d'un cours d'eau, selon les dires de ma grand-mère.   On dit que le père réunissait les enfants qui étaient munis de récipients et tous allaient recueillir cette eau pure qui avait des pouvoirs bénéfiques.   Il était important alors que la provision dure toute l'année.  Les enfants avaient froids en ces matins de printemps.  Il fallait souvent que le père brise la glace pour arriver à recueillir l'eau...  C'était toute une aventure.
Cette eau servait à bénir la maison, ce qu'on faisait à l'aide d'un rameau qu'on recevait à l'église le dimanche précédent le jour de Pâques.  Elle pouvait aussi guérir les malades, protéger les demeures contre les intempéries telle la foudre, le tonnerre, le vent.  On la faisait aussi boire pour guérir de la fièvre, des diarrhées.  On l'appliquait sur les yeux.  Cette eau pouvait aussi protéger la maison contre les mauvais esprits.  En fait, elle était une protection contre les malheurs qui pouvaient s'abattre contre la maisonnée.
Une belle croyance!  Si vous voulez tenter l'expérience, alors levez-vous de bon matin, allez à la recherche d' une source dans un petit boisé comme il y en avait sur la ferme paternelle et hop!  vous verrez les bienfaits du lever de soleil par un matin frisquet...  mais attention, il faut y aller tôt... avant le lever du soleil pour avoir tous les bienfaits que cette "eau de Pâques" procure...
Au matin, alors que tous étaient revenus, la mère qui était restée à la maison avec les plus jeunes, servait un bon repas pour soulager l'appétit

Hymne 

Brillez déjà, lueurs de Pâques,
Scintillez au jour de demain,
Annoncez l'époux qui revient
Éveillant tout sur son passage.
La nuit ne saurait retenir
Ce corps où monte le désir
De recommencer un autre âge.

La terre craque où il se dresse,
Comme hier où Dieu lui donna
Son Esprit, son souffle, une voix
Dans le jardin de la Genèse.
La chair de sa chair est nommée:
La plaie qu'il porte à son côté
S'ouvre pour qu'un peuple en renaisse.

Voici le temps où Dieu se hâte
De sa main il couvre les eaux,
Il en tire un monde nouveau,
Partout la vie refait surface!
Où donc est la tombe de Dieu?
La mort est morte sous les yeux
De ceux qui croiront en sa grâce.


Voici un déroulement de la célébration de la Veillée pascale:
1. Liturgie de la lumière
Allumer le cierge pascal avec le feu nouveau qui sera partagé avec la foule qui ont tous en main une chandelle.
2. Liturgie de la Parole avec les Lectures à partir de la Création
3. Au gloire à Dieu, les cloches sonnent la toute volée.
4. Litugie baptismale:
Litanies des saints et saintes
5. Bénédiction de l'eau baptismale
7.Baptême et confirmation
8. Renouvellement de la profession de foi baptismale
9. Liturgie eucharistique
10. Bénédiction solennelle

Ce jour aussi, consacré à Rome au dernier scrutin des Catéchumènes, était autrefois a-liturgique, puisque la cérémonie qui se fait aujourd'hui le matin, était différée jusqu'après le coucher du soleil. Les scrutins commençaient vers l'heure de tierce, et comportaient les exorcismes sur les catéchumènes, les onctions préparatoires au baptême, la récitation publique du Symbole à l'ambon, et la solennelle renonciation à Satan et à ses œuvres-, qui se prononçait en se tournant vers l'occident. Au temps de saint Grégoire le Grand, le jeûne de cette vigile pascale était si rigoureux, que même les enfants n'en étaient pas dispensés.

La vasque baptismale est le symbole du sépulcre de Jésus; on y dépose un cadavre, le vieil Adam pécheur, et il en sort l'homme nouveau, transformé et vivifié par l'Esprit du Seigneur. Le sépulcre et la piscine baptismale nous rappellent la mort de Jésus, dans laquelle, au dire de l'Apôtre, il convient de nous ensevelir, in morte Ipsius baptizati sumus, 1 tandis que les promesses baptismales, les vêtements blancs et le chrême royal nous redisent la vie nouvelle que nous devons mener, à l'image de Jésus glorifié.

1 « Nous sommes immergés dans sa mort - (Rom., VI, 3).

Mercredi des Cendres // Le Carême  // Les 5 dimanches du Carême
DIMANCHE DES RAMEAUX  //  JEUDI SAINT  //  VENDREDI SAINT
SAMEDI SAINT   // JOUR DE PÂQUES
Pâques et ses coutumes et tradition

Retour Index:
Religion Accueil
 
 

Vous voulez envoyez cette page à un ami(e)?
Cliquez sur ce logo...



annuaire
 

Hit-Parade